Respectez la loi de Miller pour vos stratégies marketing et votre UX 

Par Romuald CETKOVIC- Lundi 5/11/2018

 

En 1956 le psychologue cognitif Georges A. Miller publie un article sur la mémoire humaine et le fait que celle-ci peut, à court terme, retenir 7 éléments nouveaux avec une variation de plus ou moins 2 éléments ; soit entre 5 et 9.

Cette loi dite « loi de Miller » définit une limite moyenne chiffrée sur le nombre d’éléments que l’on peut mémoriser sur une courte durée.

Cette règle est régulièrement oubliée en UX design et les conséquences qui en découlent peuvent être critiques en termes d’arbitrage, d’organisation, de collaboration ou d’excellence opérationnelle.

Nous allons essayer d’illustrer et entériner cette loi en réalisant l’exercice suivant, en trois étapes :

 

Étape 1 :

Prenez un stylo et une feuille de papier. L’exercice consiste à tenter de mémoriser les mots que vous allez lire.

Voici, ci-dessous, une liste de 21 mots. Lisez-les et essayez d’en mémoriser le plus grand nombre possible sans inscrire les mots par écrit.

Laissez-vous 30 secondes et une fois que vous avez fini, passez à l'étape 2.

 

 

Étape 2 :

Vous disposez à présent environ 30 secondes pour écrire sur votre feuille de papier les mots dont vous vous souvenez. Une fois cette étape réalisée passez à l’étape suivante ;

Étape 3 :

Vérifiez ensuite en comparant avec la liste originale le nombre de mot que vous avez réussi à mémoriser et reporter sur la feuille. Si vous êtes comme la majorité des êtres humains, vous vous souvenez de 5 à 9 mots !

La mémorisation en Chunks

Pour débuter il est important de préciser que la loi de Miller évoque la mémorisation de «chunks» (ou « segments coupés »). Ce « chunking » consiste à découper la matière en portions plus facilement mémorisables. 

Par exemple, pour améliorer l’apprentissage et surmonter les limites de cette loi nous pouvons mieux organiser l’information à mémoriser en la répartissant en « morceaux » familiers, comme le numéro de téléphone : 06 78 43 33 32.

Dans ce travail de « chunking, » il ne suffit pas de découper la matière, mais bien d’associer des éléments secondaires à un élément principal qui résume le tout (C’est ce qui explique l’efficacité des moyens mnémotechnique dans les méthodes de mémorisation).

La segmentation est un élément essentiel de l'organisation de l'information et doit constituer une des bases des régles d'organisation de l'UX.

Veillez donc à limiter le nombre d’information à traiter en simultané et à organiser vos travaux en respectant la loi de Miller.

De la même façon gardez en tête que plus vous ajoutez d'éléments à un "protocole" et plus il est difficile de "travailler" en utilisant les informations disponibles

Organisez toujours les éléments d’information en catégorie ne dépassant pas 9 blocs, mais préférez les blocs d’environ 5 morceaux.

Sur le Web design

Garder en tête cette loi de Miller va vous permettre d’éviter beaucoup de biais et d’obtenir des expériences clients fluides et lisibles.

Sur une page web, pensez à laisser des espaces vides entre les chiffres du numéro de téléphone ou de la carte bancaire, cela aidera énormément l’internaute à la frappe et à la relecture. Chunkez les informations et les zones visuelles, limitez le nombre d’éléments sur une page ou un formulaire.

Organisez l’information de la même façon pour le design des informations en les regroupant par catégorie.

A l’opposé, voici un site web qui ne respecte absolument pas cette règle :

Sur le design thinking

De la même façon, ne pas prendre en compte la loi de Miller lors de vos séances de « Design thinking » biaisera les résultats de vos recherches d’expériences client.

Ceci est d’autant plus vrai qu’une des limites de la méthode est la peur de l'échec et l’isolement au sein des groupes. En effet, dans un groupe de travail, lorsqu’un sujet vous échappe ou que vous ne comprenez pas un concept, la tentation est forte de faire semblant de comprendre pour ne pas apparaitre comme celui ou celle qui n’y arrive pas.

Respecter la loi de Miller (dans toutes les étapes du processus) vous assurera la bonne compréhension des concepts et de l’environnement par les participants et vous mettra à l’abri des réponses « par défaut ».

Vous prendrez alors un temps d'avance sur vos concurrents et permettrez le développement de la confiance en soi, l'esprit de cohésion, la responsabilisation et la valorisation de chaque participant.

 

Sur les études de satisfaction et recherches exploratoires

De Prenons l’exemple d’un questionnaire standard, comme suit :

Beaucoup de possibilités semblent envisageables, n’est-ce pas ? Imaginez maintenant ce sondage comprenne, 30 questions établies sur le même modèle ! Vous pouvez être certains que les sondés vont cocher très rapidement les dernières réponses. La fiabilité des réponses à votre questionnaire ainsi que les décisions vous pourrez prendre ensuite et sur la base des résultats de celui-ci seront très aléatoires et probablement erronées.

Soyez vigilant à systématiquement appliquer cette loi de Miller dans vos approches liées à l’expérience utilisateur, tout le monde vous en sera reconnaissant : vos partenaires, vos collaborateurs, vos actionnaires et surtout… vos clients et votre business.

. 

Romuald CETKOVIC
        
 
Copyright 2018 (c) All rights reserved.